Débat d’orientation budgétaire 2015 : l’intervention des élus d’opposition

budget2015L’intervention des élus de l’opposition lors du débat d’orientation budgétaire n’a pas été rapportée dans le compte rendu du conseil municipal tenu le 25 février 2015, faisant perdre tout son sens au mot « débat ». L’autre son de cloche donné par les élus d’opposition embarrassait peut-être trop l’actuelle majorité. Pour votre information, nous la reproduisons ci-dessous.

« D’abord sur la forme, nous regrettons que les efforts réalisés dans le mandat précédent pour rendre à tous l’exercice du débat d’orientation budgétaire le plus clair possible, efforts salués par l’opposition, soient abandonnés. La forme de ce DOB a totalement changé. Nous vous sentons beaucoup plus prompts à remplir 10 pages sur 22 de copier-coller pour rapporter la situation internationale et nationale plutôt que la situation communale dont vous êtes maintenant les responsables et sa prospective.

Sur le fond, nous rappelons que de 2009 à 2014, les comptes de gestion et administratifs ont tous été arrêtés et approuvés au mois de février. Vous ne parvenez pas à faire ce que nous sachions faire.

Plutôt que nous parler du futur, vous revenez sur votre interprétation de la gestion financière du mandat précédent. Nous avons déjà eu l’occasion de répondre et nous attendons avec beaucoup de sérénité de pouvoir faire des comparaisons avec les résultats globaux du mandat 2014-2020. Pouvez-vous simplement nous rappeler l’évolution de la capacité d’autofinancement dégagée de 2003 à 2008 ? Pouvez-vous également nous rappeler l’état des bâtiments communaux laissé en 2008 et l’ensemble des travaux de remise en état laissés à réaliser et financer ? La comparaison des résultats financiers 2007 et 2013 doit en tenir compte pour avoir du sens. Vous dites que de 2008 à 2013, les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 11,24 % et que les recettes ont augmenté de 1,68 %. Les dépenses de fonctionnement progressaient de 11,7% et les recettes de 2,4% sur 2003-2008. Elle est où la dégradation dont nous serions responsables ? Il est où l’héritage ? Nous avons réussi avec moins de progression de recettes, et notamment une baisse de 2,8% des dotations de l’Etat, à ne pas augmenter le rythme de progression des dépenses de fonctionnement tout en réalisant tous les investissements laissés depuis des années à réaliser et en proposant plus de services aux Bédarridais, et à créer les conditions du redressement en libérant du foncier disponible, dont on mesure les effets positifs sur 2014 avec d’importantes nouvelles recettes fiscales. Nous avons 5 ans encore pour voir si vous en ferez autant. Nous verrons notamment en 2019 le niveau de la réserve de fonctionnement laissée en 2013 à 1,34 M €.

Pour vous interroger sur l’exercice 2014 en matière de fonctionnement, nous attendrons de pouvoir prendre connaissance du compte administratif et de l’ensemble des comptes, pour mesurer qui subit la coupe sombre dans les dépenses et la réduction de la qualité de vie. C’est facile de baisser les dépenses quand on ne fait plus rien. Il ne faut pas comparer les dépenses de personnel et de charges à caractère général avec 2013 mais avec 2012 puisque l’année 2013 était exceptionnelle avec la réalisation en régie des travaux d’aménagement d’un bâtiment municipal à la presqu’île et au remplacement de deux agents en congés maternité, ce qui n’a rien de comparable avec l’année 2014, et que vous reconnaissiez dans le DOB 2014. Les dépenses de personnel auraient donc dû baisser en 2014 bien davantage et retrouver leur niveau de 2012, hors dépenses nouvelles limitées à la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires. Il n’est en rien, en raison de l’augmentation des postes permanents que vous avez décidée, et que vous vous gardez de rapporter.

Nous notons aussi qu’en 2014, les recettes fiscales prélevées sur les Bédarridais ont augmenté de 5,79 % alors qu’elles avaient baissé en 2013. Concrètement, la fiscalité des ménages bédarridais a apporté 147 451 € de plus par rapport à 2013 dans les caisses de la Ville. Si les taux d’imposition n’ont pas augmenté, les impôts prélevés eux en 2014 ont augmenté de par l’augmentation des bases fiscales. En 2015, cela va continuer. Puisque vous considérez l’augmentation mécanique des bases de 2008 à 2014 comme de l’augmentation d’impôts, pour tenir vos promesses électorales, vous devriez baisser les taux. Quels sont les produits des services qui augmentent de 31 500 euros et qui en sont les contributeurs ? A quoi correspondent les 66 000 euros de recettes d’investissement exceptionnelles 2014 ?

Elle est où la catastrophe financière annoncée et rabâchée quand on rentre en un an 213 000 euros de recettes supplémentaires, dont 147 000 fiscales, sans augmenter les taux, que l’on retrouve en quelques mois le niveau des dépenses normales de 2012 et que l’on redégage de la capacité d’autofinancement ?

Des questions sur l’exercice 2014 en matière d’investissement : pour une municipalité qui souhaiterait faire des économies, pourquoi avez vous dépensé 70 000 euros sur l’ancien club house du rugby alors qu’une salle neuve est utilisable à quelques mètres ?

Une précision : les 253 000 euros d’emprunt que vous citez ont été votés au budget 2013 et rattachés en RAR dans le compte administratif de 2013, appelés en fin d’année par mesure de bonne gestion de trésorerie, et non en 2014. De la même façon le compte administratif 2013 a été voté sans déficit en section d’investissement.

Pour 2015, pourquoi dépenser 17 500 euros pour réaliser le lifting appuyé d’un parc qui a moins de 6 ans d’existence et dont la végétation ne demande qu’à pousser ? Pourquoi engager 50 000 euros pour réviser un PLU approuvé il y a 5 ans et dont la durée de vie est de 15 à 20 ans ? Avec quels objectifs ?

Pourquoi envisagez-vous dans le DOB des dépenses qui ne relèvent pas des compétences de la commune (abattage des platanes, travaux de protection contre les inondations, voirie…) ?

Si vous bénéficiez de reliquats de crédits d’investissement CCPRO non dépensés, ce n’est pas parce que nous avions de mauvaises relations malgré ce que vous dites, sinon nous n’aurions pas réalisé autant avec eux dans le mandat précédent et elles auraient été sacrément mauvaises avant 2008 à en juger des dépenses réalisées sur Bédarrides par la CCPRO de 2006 à 2008 après le transfert de la compétence voirie, c’est que contrairement à l’image que vous vous plaisez à véhiculer, nous savions attendre la fin d’études pour réaliser les travaux souhaités. Pouvez-vous nous dire enfin au bout d’un an de réflexion à quoi vous allez employer en 2015 ces crédits et sur quels projets vous avez travaillé en 2014 avec les équipes de la CCPRO ?

Les travaux de réduction des eaux parasitaires ainsi que le changement de statut de la commune en matière d’électrification, c’est notre municipalité qui les avait votés. Nous sommes ravis que vous pensiez à saluer ces bonnes actions. »

Il va de soi que les élus de l’opposition attendent toujours les réponses aux questions qu’ils ont posées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s